Atlanta City

Atlanta City

Nous recherchons des Helpers, Malchanceux et Secouristes
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Première rencontre

Aller en bas 
AuteurMessage
Darikson Campbell
- Tu crois que la vie est plus belle après la mort? - Ça dépend. Après la mort de qui?
avatar

Voilà qui je suis : Peu importe qui je suis, vous vous ferez votre propre idée.
Messages : 40
Date d'inscription : 06/04/2018
Age : 20
Quartier : Pensionnat Lee-Meyer
Multis Comptes : Aucun

MessageSujet: Première rencontre   Ven 13 Avr - 8:23

Première rencontreDarikson & MaithiasJe pince les lèvres pour éviter de plaquer sur mon visage un sourire d’amusement. L’infirmière me toise du regard tandis que je passe l’entrée de l’infirmerie. Ses bras sont croisés sur sa poitrine, secouant la tête de découragement. Est-elle déjà exaspérée de me voir régulièrement ici ou s’inquiète-t-elle seulement? Je ne pourrais pas vous dire si sur son visage, j’y devine de la tristesse ou de la colère.
Je m’assois au pied de l’un des nombreux lits qui sont présents pendant qu’elle me tourne le dos pour aller chercher la trousse de premiers soins.
Elle revient rapidement avec le matériel, et elle commence à désinfecter mes quelques blessures qui sont situées à l’arcade sourcilière et à ma lèvre inférieure.

- Une fois de plus, je suppose que tu ne me diras pas comment c’est arrivé?

Cette fois-ci, j’esquisse un sourire malicieux.

- Bon d’accord, capitulé-je.

Son visage s’illumine d’espoir et de victoire. En gesticulant, je commence mon récit avec énergie.

- Je marchais dans la rue, pénard, et j’ai remarqué ce magasin assez attrayant. Donc je suis allé voir à l’intérieur. Il y avait cette étagère avec plusieurs peluches. Mais je vous jure, il y en avait une qui avait une sale tronche. Je me suis approché pour mieux l’examiner. J'ai dis bien fort « la vache, ce que t’es moche ». Et puis, BAM!

L’infirmière sursaute face au dernier mot que j’ai crié et à mes mains que j’ai claquées ensemble.

- La peluche, elle m'a foutu l'une de ces raclées, vous imaginez pas…

Je me prends une baffe derrière la tête par l’infirmière qui me fusille du regard. Elle me dit d’un ton froid :

- Je vais aller chercher des pansements de rapprochement à l’étage, il n’y en a plus ici.

Elle part de la pièce, me laissant seul avec le silence.
Ça y est, je l’ai vexé. Si ce n’était pas de la colère qui l’animait quand je me suis pointé, maintenant ça l’est.
Glissant mes yeux dans la pièce, je choisis de me lever, car je n’ai pas envie de patienter gentiment. Je décide de fouiller dans les armoires. Au début, je ne sais pas ce que je cherche. Après, je me dis qu'il y a peut-être des somnifères. J’ai vraiment de difficulté à m’endormir la nuit. Je fais davantage plus de cauchemars depuis que je suis sorti de prison. C’est à ne rien comprendre. Ma condition de vie est réellement meilleure que ce dont j’ai eu le droit jusqu’à présent.
Quelque chose attire mon attention vers l’entrée de l’infirmerie, alors je tourne la tête vers celle-ci. Mes yeux se braquent sur la personne que je distingue. Je l'examine trop longtemps à mon avis... J’esquisse un sourire pour atténuer la dureté de mon regard. J'ai un regard de psychopathe, c'est naturel, je n'y peux rien.


_________________
Je suis sincèrement désolé si je t'ai blessé en te traitant de con... J'étais persuadé que tu le savais déjà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maithias Kenny
Your life is so difficult that you never know if you deserve the living
avatar

Voilà qui je suis :
Messages : 59
Date d'inscription : 19/11/2017
Age : 24
Quartier : Pensionnat Lee-Meyer
Multis Comptes : Tyler Drenken

MessageSujet: Re: Première rencontre   Mer 18 Avr - 17:17



Première rencontre
Maithias Kenny & Darikson Campbell

« Rencontrer une personne qui te ressemble, tu savais que cela pouvait donner de drôles de rencontres. Tu ne t’avais vraiment pas trompée, sur elle que tu t'apprêtes à faire une bizarre de rencontre cette journée - là. Surtout que cette journée tu allais la faire, à l’infirmerie auprès de cette personne. Tu l’avais dû endurer assez longtemps, pour en connaître sans le vouloir davantage sur lui. Mais tout cela dans ton aire de jeune homme désagréable, sans la présence de l’infirmière bien sûr. »
Aujourd’hui j’avais un rendez-vous chez l’infirmière, pour une légère blessure à la main et surtout pour ma jambe blessée. Car depuis quelques jours je sentais que quelque chose n’allait pas j’étais plus engourdi qu’à la normale, alors je voudrais qu’elle me la masse ou autre. Après quelques longues minutes de marches dans les corridors du pensionnat, j’étais enfin arrivé à la porte qui était resté ouverte. Visiblement je n’allais pas être seul durant mon examen car il avait un autre gars. Je m’avance alors pour enfin prendre place, sur l’autre lit et je le regarde d’un regard aussi froid et glacial que lui. Je lui souris légèrement pour ensuite m’allonger, je regarde un moment ma main. Pour ensuite me relever légèrement et j’enlève de même, ma prothèse que je mis sur le bord du lit. Je regarde autour de moi des mauvais souvenirs à l’hôpital refait surface tout d’un coup, cela devait paraître dans mon visage et dans ma façon d’être. Je ferme un moment les yeux pour ensuite, me coucher sur le côté face au jeune homme. Je me demandais déjà ce qu’il pouvait penser de moi et surtout de mon handicap. Après quelques minutes, j’ouvre enfin mes yeux et je le fixe.

Bonjour, je ne suis pas le seul on dirait bien ici, toi aussi tu as besoin de cette jolie infirmière...

Je me mords la lèvre, d’accord je disais cela, mais lui il était assez beau aussi. Déjà que j’avais, un petit ami avant j’avais encore le dési de voir ses gars. Mais en vérité je ne savais vraiment plus dans qu’elles directions me diriger actuellement, qu’il n’était plus de ce monde par ma faute. Je viens alors passer une main dans mon visage, pour ensuite venir plier vers moi ma vraie jambe. J’étais habillé de vêtements confortables vu l’examen que j’allais passer, cela allait être plus facile pour elle et plus confortable pour moi. Il semblait être nouveau, car je ne l’avais jamais vu depuis mon arrivée ici. Vu l’attente de l’infirmière qui était assez longue, je commençais déjà à masser le haut de ma jambe blessée. Je soupire pour ensuite hurler tout d’un coup, parfois cela arrivait que je ressentais encore ma jambe comme en ce moment mais je n’avais plus rien. Des larmes venaient tout d’un coup couler, j’avais vraiment envie d’envoyer une personne contre un mur tout d’un coup. Enfin je sens, ma respiration accélérée tout d’un coup.



(c) DΛNDELION

_________________
Life or death
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://makeit-in-the-dark.forumactif.com
Darikson Campbell
- Tu crois que la vie est plus belle après la mort? - Ça dépend. Après la mort de qui?
avatar

Voilà qui je suis : Peu importe qui je suis, vous vous ferez votre propre idée.
Messages : 40
Date d'inscription : 06/04/2018
Age : 20
Quartier : Pensionnat Lee-Meyer
Multis Comptes : Aucun

MessageSujet: Re: Première rencontre   Hier à 9:38

Première rencontreDarikson & MaithiasLe jeune homme pénètre sans hésitation dans l’infirmerie. Il se dirige vers un lit pour se choir dessus. Il tourne son attention vers moi, m’adressant d’abord un regard froid, et ensuite un léger sourire. Je cesse de fouiller dans les armoires avant que l’infirmière ne me chope lorsqu’elle reviendra. Je soupire, car je n’ai pas trouvé de somnifères. Je vais m’asseoir sur le lit qui est adjacent à celui du jeune homme.
En l’observant, je tente de me remémorer si je l’ai déjà aperçu dans l’établissement auparavant, mais sa tête ne me revient aucunement. Surtout qu’il est de loin, le plus beau que j’aie croisé entre ces murs. Je me serais souvenu d’un visage pareil.
Il ne fait plus attention à moi, car il semble préoccuper par sa main blessée. Je ne le quitte pas des yeux, examinant tous ses moindres gestes. Il se lève du lit pour enlever une prothèse à sa jambe, et il la dépose au bord du lit. Je ne tique pas devant sa jambe manquante, je ne juge pas les gens. De toute façon, il n’y a rien à juger. Il lui est arrivé un truc, point à la ligne. Je ne rate pas son regard qui se voile de nostalgie tandis qu’il glisse un coup d’œil dans la pièce. À quoi pense-t-il? J’en déduis qu’il n’aime pas vraiment les endroits qui sentent le désinfectant. Je suppose que cette expression que je lis sur son visage doit être lié à sa jambe. Moi aussi, il y a des endroits où je n’aime pas retourner, même en souvenir. Je préférais oublier bien des choses, mais ce n’est pas possible…
Il ferme les yeux. J’aimerais lui demander « Ça fonctionne ? Parce que moi, ça ne fonctionne pas. » Non, moi, je chante. Je fredonne des chansons et des comptines pour m’apaiser. Ça fait grave pitié, alors je fais toujours attention à ce que personne ne me surprenne. Sauf que c’est le seul moyen qui m’apaise un peu dans la démence de ma tête.
Encore les yeux fermés, comme s’il pouvait tout effacer avec ce simple geste, il se résout à s’allonger sur le lit, le corps tourné vers moi. Mes jambes se balancent aux pieds du lit. Mes paumes reposent sur le matelas dans mon dos pour me soutenir. Je continue de l’observer. J’aimerais être indifférent face à ce jeune homme, mais il m’intrigue. Il est facile de voir dans les yeux d’une personne si elle a souffert dans sa vie. Et je pourrais mettre ma main au feu que ce garçon a souffert. Mais de quelle façon ? Qu’est-ce qui l’empêche de dormir le soir ? Qu’est-ce qui le hante au tréfonds de son âme? Il ouvre les yeux qui se posent directement dans les miens.

- Bonjour, je ne suis pas le seul on dirait bien ici, toi aussi tu as besoin de cette jolie infirmière...

Je souris d’amusement face à sa phrase. C’est vrai, elle est plutôt jolie. Quoiqu'elle soit trop pure. Je pourrais la comparer à la première neige de l’hiver. Moi, je suis comme celle sur le bord du chemin, souillée. Et je n’aime pas les gens trop innocents. On n’est pas dans un monde de bisounours.
Il se mordille la lèvre en m’examinant, mais je vois son expression partir se perdre dans ses pensées obscures. Il glisse une main sur son visage. Crois-moi, ça n’effacera en rien ce qui te tracasse. Ça aussi, c’est un geste que j’ai trop fait souvent et inutilement. Il ramène sa seule jambe en entier vers lui. Je peux deviner qu’il trouve que l’infirmière est lente. Je dois bien avouer que je partage son avis. Elle est trop bavarde, parfois. Elle a dû croiser quelqu’un en chemin. On en a pour l’éternité à patienter si mon hypothèse est la bonne.
Je délaisse l’entrée qui montre un couloir désert pour rapporter mon intérêt sur le garçon. Il est ce qu’il y a de plus beau à regarder, donc... Je le scrute quand il amène sa main vers sa jambe manquante pour la masser. Je fronce les sourcils devant ce geste spontané. Je sursaute lorsqu’il laisse échapper un cri de douleur. Pas le genre de souffrance physique, non, le genre de souffrance psychologique. Ses joues sont rapidement inondées de larmes, et sa respiration devient saccadée.
Je ne sais pas quelles sont les images qu’il se rejoue en boucle dans sa tête pour être aussi triste, paraître si brisé. Je comprends toutefois le sentiment. Je suis conscient que dans des moments comme ceux-ci, on n’a pas envie de voir de la pitié dans le regard des autres ou même l’once de compassion et que la colère peut nous animer. Pour ce qui me concerne, je détestais ça, car ça ne venait pas me sortir de mon bordel psychologique.
Je décide de me lever et de m’avancer vers lui, gardant une distance raisonnable. Je me penche légèrement pour être à la hauteur de son visage puisqu’il est toujours étendu. Je plonge mes pupilles dans les siennes, l’invitant à maitriser son souffle avec le mien. Doucement, mais fortement, j’inspire et expire. Je ne compte même plus le nombre de fois que j’ai fait des crises de panique où je n’arrivais plus à respirer et que ma poitrine se compressait, tellement j’étais triste à mourir. Si je peux empêcher quelqu’un de succomber à cette panique, je vais tenter ma chance.

– Tu sais, au moins, tu as toujours encore un magnifique visage, lui dis-je, m'étonnant de lâcher un truc pareil.


_________________
Je suis sincèrement désolé si je t'ai blessé en te traitant de con... J'étais persuadé que tu le savais déjà
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première rencontre   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première rencontre
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Cours de Sport [première classe arrivée]
» Première nuit dans Dreamland...

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Atlanta City :: Zone RP :: Pensionnat Lee-Meyer :: L'intérieur :: Infirmerie-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: